1979-1981
Matra P16 P17 P18

 

  Fin 1978, Jean-Luc Lagardère demande à Philippe Guédon de se rendre aux Etats-Unis chez Chrysler (qui est propriétaire de Simca), sur place il découvre les vans qui sont des véhicules de loisirs utilisés le week-end aussi bien pour aller à la pêche que pour y dormir. En mars 1979, Philippe Guédon demande à Antoine Volanis un dessin qui reprend l’idée du van américain adapté à l’échelle européenne, l’objectif est de trouver un successeur à la Rancho qui a ouvert la voie des véhicules récréatifs, ludiques et familiaux. En un week-end de travail, Antoine Volanis prépare une esquisse qui est connue maintenant sous le nom de « dessin orange ».
 
  En juin 1979, une maquette pleine est réalisée, suivie d’une maquette creuse avec un aménagement intérieur complet. On y reconnaît les feux avant de Peugeot 604. Entre les deux maquettes le dessin a évolué, le toit rehaussé est abandonné. La banquette arrière est issue de la Peugeot 604. Le volant provient de la Matra Murena. La carrosserie repose sur une base de Talbot Solara. Des esquisses montrent même des variations sur différents thèmes : Week-end, Grand-raid… La Grand-raid reprend pas mal de détails de la Rancho : protections, pneus tous chemins, galerie de toit renforcée…


  En novembre 1979, la division automobile de Matra devient Matra Automobile détenu à 55% par Matra, 35% par Talbot et 10% par Peugeot. Fin 1979, la maquette du projet P16 est présentée à Mortefontaine à Peugeot (qui est le propriétaire de Talbot), les réactions sont positives et de nouvelles évolutions sont demandées pour pouvoir se prononcer sur l’avenir du projet.
Le projet évolue dans deux directions
- Le P17 est une version plus courte basée sur plate-forme d’Horizon, ce qui nous donne une longueur de 3,84m avec un empattement de 2,52m, jugé pas assez habitable, le projet est abandonné.
- Le P18 est une version évoluée du P16 avec une longueur de 4,18m et un empattement de 2,60m, motorisé par le moteur Simca 1600cc de 90cv, il bénéficie de jantes alliage de Murena et d’un aménagement intérieur avec de la moquette jusque sur la planche de bord. En Avril 1981 le prototype roulant du P18 reçoit l’aval de Peugeot ce qui entraine une longue série d’essais. En octobre 1981, des évolutions possibles en cas de manque de succès de la berline sont imaginées : fourgon, pick-up.
 
  Le 27 mai 1982, Henry Guyot (président de Matra Automobile) et Philippe Guédon rencontrent Jean Boillot (président de Peugeot) qui leur dit «Je pense que ce type de voiture représente un virage aussi important dans le domaine de la carrosserie que le Diesel dans celui de la mécanique. Il y a ceux qui le prendront, il y a ceux qui ne le prendront pas ». Peugeot n’ayant pas les ressources financières et devant gérer le sort de Talbot ne donna pas suite à la proposition. Jean Boillot recommanda aux hommes de Matra d’aller voir Citroën. Le projet est retravaillé en quelques semaines, ce qui donna l’étude technique P20, basée sur une plate-forme de la future BX. Le P20 fut présenté à Xavier Karcher (Directeur Technique de Citroën), le projet fût mis en observation pendant deux mois et le refus a été catégorique : trop cher à fabriquer.

  Par la suite, Matra présentera le projet à Renault qui l’acceptera et deviendra l’Espace.



"Dessin orange". Première esquisse du projet


P16








P17


P18



 




Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement