2006
407 Macarena (Concept Heuliez)


Présentation au salon de Genève 2006 sur le stand Heuliez
 
Jusqu'en 2005, aucun constructeur au monde ne s'est aventuré à imaginer adapter le principe du toit rigide escamotable à une berline quatre portes.
 
Avec le phaéton Peugeot 407 Macarena, Heuliez est le premier constructeur au monde à proposer une berline à toit rigide escamotable, transformable en cabriolet intégral, qui de surcroît présente l'innovation ultime d'être intégralement vitrée en position fermée. Lors de l'ouverture du toit, la voûte vitrée de la Macarena se scinde en trois panneaux distincts qui glissent vers l'arrière en se superposant sur la lunette arrière avant de basculer dans les profondeurs du coffre. Les deux arches longitudinales de toit se plient alors sur elles-mêmes vers l'intérieur, avant de s'escamoter perpendiculairement dans le coffre. En position fermée, chaque panneau vitré du toit peut se comporter comme un toit ouvrant classique. En position ouverte, aucun obstacle ne s'offre au regard périphérique des passagers de ce véhicule de grand luxe. C'est cette cinématique complexe rappelant la gestuelle dansée sur un succès planétaire qui aurait donné son « petit nom » à la Macarena lors d'une séance d'essai. Enfin, pour assurer une parfaite rigidité de la plate-forme, celle-ci est renforcée dans les soubassements, et reçoit une paroi derrière les sièges avant.
 
Profitant de cette paroi, habillée de bois et de cuir beige clair, un aménagement luxueux permet de disposer de la climatisation, d'un ordinateur de bord et de deux écrans plasma pour le bien être des passagers.
 
Présentée sur le stand du carrossier en mars 2006 au Salon de Genève, la Macarena suscite une déferlante d'éloges de la part de la presse et du public. Les propos des magazines automobiles sont dithyrambiques sur l'audace de ce concept-car, qui malheureusement ne voit pas le jour car trop cher.
 
La Macarena a été mise en vente le 7 juillet 2012 par Artcurial. 
ontant de l'enchère : 25 019 euros avec les frais.


Voir en fin de page l’article de l’Argus du 10/05/2016. Auteur : Grégory Pelletier

 


































































 

l’Argus du 10/05/2016. Auteur : Grégory Pelletier
 
Il y a tout juste 10 ans, Heuliez croyait dur comme fer aux vertus du coupé-cabriolet. Quitte à élargir le spectre du concept de toit rigide escamotable aux berlines familiales. Quatre places, quatre portes, une esthétique préservée, ce prototype avait tout pour plaire ... à l'époque.
?
(Cerizay mai 2006). Le carrossier des Deux-Sèvres serait-il en train de nous refaire le coup de la Peugeot 206 CC ? Le P-DG d'Heuliez, Paul Quéveau, en rêve. Avec la Macarena, il démontre que le toit rétractable n'est plus réservé aux petits et moyens véhicules. Au-delà de ce système transposable à une voiture de grand gabarit, Heuliez se pose en créateur de tendances. Mercedes a ouvert la voie avec la CLS, splendide coupé à quatre portes.
 
L'Heuliez Macarena est l'héritière de la Peugeot 402 Eclipse.
Alors, pourquoi pas un coupé-cabriolet à quatre portes ? L'idée n'est pas nouvelle puisque, dans les années 30, Georges Paulin (créateur de la Peugeot 402 Eclipse) avait déposé un brevet sur ce type de carrosserie. Mais, aujourd'hui, reste à savoir si le public suivra. Les réactions entendues au Salon du coupé et cabriolet, qui s'est tenu à Paris du 31 mars au 2 avril, ouvrent de bons espoirs.
 
Les constructeurs ont beau retourner le problème dans tous les sens, les CC modernes n'offrent que des places arrière sans grand confort pour les adultes. A l'inverse, le prototype Macarena ne fait aucun compromis sur le confort. Identique à celui de la Peugeot 407, l'espace arrière est généreux pour les grands gabarits (les études ont été réalisées en fonction de personnes mesurant 1,8 m).
 
La tête ne cogne pas dans la lunette arrière et les occupants n'ont pas les genoux dans le menton.
Même aisance pour l'accès à bord grâce aux deux portes supplémentaires. La seule contrainte demeure la présence d'une barre de renfort, peu élégante, implantée derrière les sièges et qui traverse l'habitacle. Sans pouvoir s'en priver pour des raisons de rigidité, Heuliez étudie des solutions pour la rendre plus discrète.
 
Toute l'ingéniosité du système Macarena réside dans sa compacité : malgré son envergure, il prend moins de place que celui de la Peugeot 206 CC. Résultat, la capacité du coffre n'est pas sacrifiée sur l'autel de l'esthétique. Ainsi, ce concept car, développé à partir d'une caisse de Peugeot 407, affiche une certaine fluidité.
 
L'élégance de la poupe doit particulièrement à cette cinématique astucieuse. Ici, les habituels panneaux en acier ont été remplacés par deux brancards qui se plient en croix et sur lesquels coulissent les lamelles du toit. Plurielle, la Macarena l'est à plus d'un titre. En plus de ses configurations coupé ou cabriolet, elle permet de rouler au grand air sans rentrer le toit. Devant, derrière, au milieu ? Pas de problème, les trois éléments translucides se pilotent indépendamment, afin que chacun puisse profiter du soleil.
 
Cette innovation ne laisse pas indifférents les constructeurs, comme en témoigne l'intérêt d'Anne Ascencio, responsable du design avancé chez General Motors. Autant dire qu'entre l'idée du toit panoramique, de la cinématique ou celle du CC à quatre portes, il y a de grandes chances que ce concept car influence un véhicule de série. La balle est désormais dans le camp des constructeurs.
 
Dix ans plus tard...
(Paris mai 2016). Dix ans après sa présentation l'Heuliez Macarena n'a pas pris une ride. Originale à l'époque, l'idée est toujours aussi pertinente aujourd'hui. Mais en une décennie, les choses ont bien changé. Le marché du coupé cabriolet s'est effondré. Hormis de rares modèles premium (Mercedes SLC, BMW Série 4 Cabriolet ...), plus aucun constructeur généraliste ne mise sur ce concept. Par voie de conséquence, Heuliez, le spécialiste français de cette discipline n'a pas survécu.

 


 

Afficher la suite de cette page



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement