1999
306 HDI Break de Chasse



 

Pour présenter son nouveau moteur diesel, HDI. Et afin de relancer l'intérêt du public pour sa 306 vieillissante, Peugeot exposa au salon de Genève 1999 sa familiale compacte sous la forme d'un break de chasse du plus bel effet.

Ce prototype se caractérisait par une caisse surbaissée et une couleur nacrée qui changeait selon l'environnement. A l’intérieur le luxe prédomine avec une alternance de bleu vif et de tabac brun, un usage généreux du cuir habillant tout à la fois la planche de bord, le volant, les sièges et les contre-portes. Un superbe travail de maroquinerie donne une très forte connotation " sellerie" à cet espace privilégié où se trouve un caillebotis en bois d'orme qui se soulève pour permettre l'accès à la roue de secours.

Sous son capot avant un moteur diesel suralimenté à injection directe Common Rail. Ce type de motorisation Diesel à très haute pression (1350 bars) permet d'offrir un couple maximum élevé à un faible régime et surtout sur une plage très étalée. Le moteur travaille ainsi dans des régimes où ses consommations spécifiques sont les plus basses et où il offre son meilleur rendement.

La 306 HDI Break de Chasse fut assemblé dans les ateliers Heuliez.












Montage dans les ateliers Heuliez







 

306 HDi : Sous le capot, LE moteur

Le pôle 306 regroupe trois silhouettes issues de la gamme 306 : la 306 GTI, la 306 break Roland Garros, et le cabriolet 306. Ces dernières entourent un moteur HDi (2 l - 90 ch), enchâssé dans un break aux lignes inédites. Cette pure étude de style sert d'écrin à la nouvelle motorisation Diesel injection directe "Common Rail" mise à la disposition des berlines et des breaks 306 dès le mois d'avril prochain. Cette 306 HDi, break 3 portes, a la vocation "virtuelle" d'emmener à son bord jusqu'à quatre passagers dans un univers spacieux et traité grand luxe. Ce break de week-end, qui atteste, par ailleurs, de la vitalité d'une gamme toujours bien présente dans le paysage automobile, offre des particularités distinctives, tant extérieures qu'intérieures, qui méritent d'être décrites. A l'extérieur : la face avant de la 306 HDi présente des phares à glace lisse, à l'instar de la nouvelle 406, surmontant un parechocs dans lequel viennent s'intégrer deux phares antibrouillards ronds. Le capot est équipé d'un dispositif qui lui permet de s'ouvrir en position classique afin de rendre visible au public et sous le plus grand nombre d'angles possibles, la noblesse de la motorisation HDi qui l'habite. Son assiette plus basse que celle d'une 306 classique donne à ce break de classe un dynamisme particulier accentué par le traité spécifique de sa partie arrière éclairée par des feux en forme de "boomerang" inversé.

A l'intérieur : le luxe domine avec une alternance de bleu et de brun, un usage généreux de cuir habillant tout à la fois la planche de bord, le volant, les sièges et les contre-portes. Un imposant travail de maroquinerie donne une très forte connotation "sellerie de cavalier" à cet univers intérieur où l'on découvre, sous une garde au toit abaissé, une trappe en bois d'orme en forme de caillebotis qui bascule pour permettre l'accès au rangement de la roue de secours. Derrière les deux sièges avant, dont les assises sont moulées dans le plancher, peuvent être révélés deux autres sièges par simple relevage de la partie mobile du plancher habillé, lui aussi, de cuir et de tissu. A l'instar du monde de la parfumerie, ce break se veut être un flacon artistiquement travaillé ; mais l'ivresse est sous le capot et son parfum s'appelle HDi de Peugeot.




Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement