2013
208 Pikes Peak Présentation



 

Le 23 mars 2013, Peugeot annonce sa participation à la célèbre course de côte de Pikes Peak.

Combatif sur tous les terrains, Peugeot a décidé de s’engager dans une course mythique, exigeante et au rayonnement international, Pikes Peak 2013. Dans l’objectif de gagner cette épreuve le 30 juin 2013 à Colorado Springs aux Etats-Unis, Peugeot a réuni les meilleurs partenaires pour cette course à caractère unique : une Peugeot 208 T16 Pikes Peak, Total, Red Bull, Michelin et Sébastien Loeb.
L’offensive de Peugeot, illustrée par une internationalisation de ses ventes et le succès de la nouvelle 208, trouve son prolongement naturel dans la participation à une course épique qui a déjà contribué au succès de Peugeot à l’époque des « sacrés numéros » : 205 T16 et 405 T16 Pikes Peak notamment.
 
Mais c’est le 15 avril 2013 que cette 208 est enfin dévoilée. Et comme c’est souvent le cas, Peugeot présente ces voitures de course dans des livrées spécifiques « présentation » sans leurs couleurs officielles. C’est notamment le cas pour cette 208 aux décorations noire et blanche. C’est ce modèle unique qui est présenté ici.
Les performances sont hallucinantes : 875 chevaux pour 875 kilos.
 
Il faudra attendre le 13 mai 2013 pour découvrir la version définitive avec ces vraies couleurs de course.
 
Le 30 juin 2013, Sébastien Loeb au volant de cette 208 T16 arrive au sommet en 8 minutes 13 secondes 878 en pulvérisant le record de la montée de plus d’1 minute 30 secondes détenu jusqu’à lors par Millen et devançant le second de 49 secondes.
 
 
Voir en fin de page le détail des caractéristiques.

 






























 

Pikes Peak, une course au sommet ancrée dans l’histoire de Peugeot
Il y a tout juste 100 ans, Peugeot remportait sa première victoire en sport automobile à Indianapolis. Les succès de la Marque en compétition sont nombreux et souvent mythiques. Ceux de Pikes Peak ont marqué l’histoire du sport automobile international et sont inscrits dans les gênes de Peugeot.
En 1988, la victoire d’Ari Vatanen au volant de la 405 T16 est immortelle avec des records et le film légendaire Climb Dance. Peugeot s’est à nouveau imposé en 1989, cette fois avec l’américain Robby Unser.
 
Pikes Peak : Une course de légende
Un véritable rush. C’est ce qu’a provoqué la découverte, en juillet 1858, d’un filon d’or en plein Colorado. D’un coup, près de cent mille aventuriers en quête de fortune se sont rués vers la montagne Pikes Peak, promue symbole de leurs rêves les plus fous. De nombreuses désillusions plus tard, ce pic des Rocheuses a retrouvé le calme qui sied à un parc national classé. Enfin presque… une fois par an, Pikes Peak est de nouveau gagné par une agitation digne du Gold rush.
Depuis la création d’un chemin menant au sommet en 1916, une nouvelle race d’aventuriers se lance en effet dans une quête effrénée. Celle de la gloire. Ils sont désormais plus de cent cinquante à se retrouver au volant de véhicules parfois improbables pour s’attaquer à Pikes Peak International Hill Climb, la course de côte la plus haute du monde et la course américaine la plus ancienne après les 500 Miles d’Indianapolis. Baptisée « la course vers les nuages », son principe est simple : emprunter chacun son tour la route qui serpente le long de la montagne et rejoindre le plus vite possible le sommet situé à 4 301 mètres d’altitude ! Un morceau de bravoure de 20 kilomètres qui place les pilotes face à leur destin.
Le départ étant donné à 2800 m d’altitude, les concurrents doivent affronter une dénivellation de 1400 m qui implique une très concrète raréfaction de l’oxygène… Un défi pour les moteurs (qui peuvent perdre jusqu’à 30 % de leur puissance) mais aussi pour les pilotes qui doivent produire leur effort dans des conditions de respiration extrêmes ! Et pas question de se laisser griser lorsqu’il faut négocier les 156 virages bordés de précipices... Dextérité extrême et préparation minutieuse sont de rigueur. Une dose d’inconscience et de chance aussi !
Depuis quelques années, le chemin de terre laisse une place de plus en plus importante au bitume. L’édition 2012 a été la première à présenter un parcours entièrement asphalté. Sans surprise, le record de l’épreuve y a été battu par Rhys Millen (sur Hyundai Genesis Coupé) avec une montée en 9’46’’164, soit deux fois plus vite que lors de la première ascension en 1916 !
Entre les voitures, les motos, les side-car et les camions, c’est plus de vingt catégories qui sont acceptées au départ, la plus en vue étant la classe « Unlimited » qui accueillera la Peugeot 208 T 16 Pikes Peak de Sébastien Loeb. Plusieurs séances d’essais permettent aux concurrents de découvrir le parcours, section par section. La seule occasion où ils peuvent disputer le parcours intégral est en fait… le jour de la course !
 
Les meilleurs partenaires pour la victoire
Dans sa quête de victoire avec la 208 T16 Pikes Peak, Peugeot a réuni autour de ce projet exceptionnel les meilleurs partenaires. Ainsi Total, Red Bull, Michelin et Sébastien Loeb, le nonuple Champion du Monde des Rallyes ont répondu à l’appel de Peugeot, avec le soutien de Citroën, qui a autorisé son pilote phare à participer à cette course, à ce challenge qu’il n’a pas encore relevé.
 
La Peugeot 208 T16 Pikes Peak se dévoile !
 
Si son style extérieur s’inspire du modèle de série, cette Peugeot 208 T16 Pikes Peak a été conçue exclusivement pour cette course qui représente un exercice technique très spécifique.
Pour relever ce défi, la 208 T16 Pikes Peak ne fait l’objet d’aucun compromis. Elle est d’ailleurs engagée dans la classe « Unlimited », la catégorie reine qui laisse une grande liberté aux ingénieurs.
 
Agressive, féroce, racée… La Peugeot 208 T16 Pikes Peak qui a relevé le défi de la course la plus haute du monde révèle ses formes et s’affiche comme une arme redoutable !
Aux mains de Sébastien Loeb, la 208 T16 Pikes Peak révèle une silhouette très spécifique : « Ses proportions sont assez éloignées de la 208 de série, explique Michael Trouvé, responsable silhouette au Centre du Style de Peugeot, mais cet écart dévoile une voiture bestiale. Peugeot Sport nous a communiqué ses contraintes techniques : largeur, hauteur de caisse, position des roues, position du moteur… et nous avons tenté d’y adapter une illustration extrême de 208 ».
Lui et Attila Bocsi ont apposé leur griffe sur cette ligne unique. « Les lionnes en compétition ont souvent été sculptées, modelées avec une notion de style et pas uniquement conçues en fonction de leur passage en soufflerie. 208 T16 Pikes Peak s’inscrit dans cette tradition avec l’intégration des signes identitaires de 208, une voiture qui marque une nouvelle génération pour Peugeot, précise-t-il. C’est une grande fierté de contribuer à cette aventure d’autant que nous avons eu peu de temps pour dessiner la voiture, avec un feu vert en novembre et une finalisation du projet en février ».
Bien sûr, l’efficacité aérodynamique n’est pas sacrifiée sur l’autel du style. Basée à quelques kilomètres à peine de Peugeot Sport, l’équipe des stylistes a suivi avec fierté les étapes de montage : « L’aileron arrière, qui est celui de la 908 victorieuse aux 24 Heures du Mans, et le splitter sont deux éléments extrêmes qui donnent à la voiture toute sa bestialité. Et je suis aussi émerveillé par la beauté des pièces sous cette carrosserie carbone ! »
 
Peugeot 208 T16 Pikes Peak : un cheval par kilo pour être au sommet !
875 chevaux pour 875 kilos, quatre roues motrices, une aéro extrême… Pas de doute : les ingénieurs de Peugeot Sport n’ont pas lésiné sur les chiffres pour confier à Sébastien Loeb une « arme redoutable ». C’est à son volant que le pilote qui a dominé le rallye sur la dernière décennie l’amena, le 30 juin 2013, à la conquête des nuages et deviendra « the King of The Peak » !
 
Hauteur de caisse, forme de la carrosserie, cylindrée, position du moteur… Toute sa carrière durant, un ingénieur de sport automobile doit jongler sagement avec les innombrables contraintes imposées par les règlements. Passionnant, certes, mais parfois tellement frustrant ! C’est comme cantonner un pur sang dans une écurie… Au fond de lui, l’ingénieur n’a qu’une envie : envoyer au diable toutes les barrières et dessiner la voiture de course ultime ! Celle qui ne souffrirait d’aucun compromis, celle qui incarnerait la quête de la performance absolue… tout simplement celle qui se cache (sauvage et prête à bondir) dans un recoin de sa tête.
Une seule course au monde permet de lâcher ce fauve qui sommeille : Pikes Peak ! Il suffit d’évoquer cette course et sa fameuse catégorie « Unlimited » pour que, d’un coup, des étoiles apparaissent dans les yeux des concepteurs : « Cela permet vraiment de laisser libre cours à notre imagination, confirme Jean-Christophe Pallier, le chef de projet 208 T16 Pikes Peak au sein de Peugeot Sport. Nous nous sommes régalés à concevoir cette voiture même si nous avons tout de même dû composer avec une contrainte : le temps ! ».
Avec ses hauteurs vertigineuses, Pikes Peak pose un défi technique unique au monde : celui de l’oxygénation des moteurs. « Il faut en effet compter une perte de 1% de puissance par centaine de mètres d’altitude pour un moteur atmosphérique », explique doctement Bruno Famin, le directeur de Peugeot Sport. Cette donnée est fondamentale pour prendre la pleine mesure de cette course dont le départ est donné à 2865 m d’altitude et dont la ligne d’arrivée est perchée… à 4301 mètres ! Avant même le départ, certaines mécaniques ont déjà perdu près de 30 % de leur puissance… Une grosse artillerie est donc de rigueur. Pas question que Sébastien Loeb manque de puissance. Peugeot Sport n’a donc pas hésité à préparer un moteur de 875 chevaux !
C’est simple : une fois équipée de ce V6 à double turbos issu de l’endurance, la 208 T16 Pikes Peak sera plus puissante qu’une F1 ! Inutile de préciser qu’elle sera bien sûr la voiture la plus puissante jamais conduite par le champion du monde des rallyes.
Expérience extrême en perspective… d’autant qu’en guise de rails de sécurité, Pikes Peak n’offre que des précipices…
Pour partir à l’assaut des nuages, Peugeot Sport s’est imposé de confier à Sébastien Loeb une voiture légère : « Nous sommes tombés à 875 kilos, confie Jean-Christophe Pallier. Cela nous permet d’aboutir au rapport magique poids-puissance de 1 cheval par kilo ! » Évidemment, pour rendre la voiture aussi agile que possible, la répartition des masses autour du châssis tubulaire a été peaufinée et le moteur est ancré en position centrale arrière, comme sur les fameuses Groupes B des années 80 ou comme sur les protos d’endurance…
La 208 T16 Pikes Peak présente d’ailleurs un vrai lien de parenté avec la 908 qui a remporté les 24 Heures du Mans. Depuis l’année dernière, le parcours de Pikes Peak est en effet entièrement asphalté et c’est quasiment un proto du Mans que Peugeot Sport a concocté. La nouvelle arme de Sébastien Loeb lui emprunte de nombreux éléments comme ses trains roulants, ses freins ou encore certains éléments aérodynamiques comme la prise d’air qui alimente le moteur ou encore le spectaculaire aileron de deux mètres issu de la première 908 HDi FAP. Il n’y avait pas plus large en stock, désolé !
Tout comme pour Le Mans, la recherche aérodynamique a été très poussée : « Nous pensons que c’est ce qui peut faire la différence par rapport à nos concurrents, avance Jean-Christophe Pallier. Sur le parcours de Pikes Peak, les vitesses vont de 50 à 240 km/h et l’aéro devient un critère crucial à partir de 100 km/h ». Ultra-spectaculaires, l’aileron et la lame avant confèrent à la 208 T16 Pikes Peak un look bestial mais aussi une efficacité redoutable. De manière quasiment invisible, le sous-bassement de la voiture génère aussi près de la moitié de l’appui aérodynamique de la bête.
Équipée de pneus Michelin spéciaux qui offrent un grip précieux aux quatre roues motrices, la Peugeot 208 T16 Pikes Peak se présente comme une vraie bête noire pour la concurrence. Sébastien Loeb, le pilote le plus titré du monde des rallyes, a entre les mains l’une des voitures les plus extrêmes jamais vues en course pour attaquer les 18 épingles et les 156 virages qui le séparent des étoiles et de la légende Pikes Peak !



 

Afficher la suite de cette page



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement